huiles essentielles pour nettoyer les poumons

Claire Delaigue

Des huiles essentielles pour nettoyer les poumons ? En médecine chinoise, l’hiver est la bonne saison pour agir sur la sphère respiratoire ! Beaucoup d’entre nous tombent malades : toux, bronchite, difficultés respiratoires plus ou moins marquées, bref, toute la panoplie des infections hivernales de la sphère respiratoire basse.

En utilisant des huiles essentielles pour nettoyer les poumons, vous pourrez à la fois agir en prévention et vous protéger des personnes porteuses de virus ou de germes que vous êtes amené à côtoyer, proches ou collègues.

Quels sont ces produits de l’aromathérapie qui ont une action bienfaisante et purifiante sur l’arbre bronchique et la zone pulmonaire ? Toutes les huiles essentielles pour nettoyer les poumons ont un point commun : elles contiennent du 1.8-cinéole, un composé biochimique naturellement syntétisé par certains végétaux et qui confère à une huile essentielle une facette fraîche, montante et assainissante. Le type même d’odeur facilement reconnaissable.

Si je vous dis : « huile essentielle d’eucalyptus radiata ou globulus », une forme olfactive se manifeste dans votre esprit, car votre mémoire sensorielle, activée par le mot « eucalyptus », produit une représentation du parfum de cette plante. Si je rajoute « huile essentielle de ravintsara bio », une cousinage apparaît mentalement entre l’odeur de l’eucalyptus et celui du ravintsara, dans la mesure où vous avez déjà senti leurs huiles essentielles. Leur point commun, c’est la présence de 1.8-cinéole, également présent dans l’huile essentielle d’arbre à thé (tea tree), mais aussi l’huile essentielle de romarin à 1.8-cinéole - justement- l’huile essentielle de bois de rose et d’autres encore. Même l’huile essentielle de lavande fine bio peut être comptée parmi eux.

Ces produits restent les plus souples d’emploi, mais je peux citer le niaouli, le cajeput, le camphre, le bois de Hô, le myrte, eux aussi riches de cet oxyde si efficace pour nettoyer les voies respiratoires.

D’autres huiles essentielles encore, comme le pin de Sibérie, le pin sylvestre ou le cyprès ont une action sur l’amplitude respiratoire et donc, sur la souplesse et la santé de l’arbre bronchique. Ils conviendront aux personnes les plus délicates ou qui ont une tendance à l’asthme.

Je cite pour mémoire l’huile essentielle d’inule odorante, une magicienne qui soigne les encombrements pulmonaires les plus importants, mais qui ne convient ni à la prévention, ni à la protection, et sur avis de votre médecin de famille.

L’emploi de ces huiles  ? Pendant 8 à 10 jours, une application quotidienne de 2 à 5 gouttes sur le thorax, mélangées à un peu de base neutre type huile végétale : arbre à thé, bois de rose ou ravintsara pour une prévention douce, eucalyptus radiata, romarin ou camphre pour une protection plus « rapprochée » et seulement à partir de 15 ans.

L’inhalation est possible, bien sûr, en limitant le nombre de gouttes à 3 maximum dans 500ml d’eau chaude et à condition de ne pas sortir au froid dans l’heure qui suit.

© ROM - Agence de référencement

Recettes, fiches pratiques, quizz, retrouvez plus d'infos bien-être sur les sites Néroliane !

Calendrier Lunaire
Parfums et Cosmétiques
Astrologie et Huiles essentielles
Test Chakras
Huiles essentielles Néroliane